Archives de Tag: Chronique

Rhapsodie pour un ange, chronique sur la Bauge littéraire

Chronique de la Bauge littéraire sur Rhapsodie pour un Ange de Paul Durand Degranges.

Il y a de ces anges qui ne volent pas bien haut, ce qui ne les empêche pas toutefois de tomber bien bas. Tel est le cas du protagoniste d’un roman de Paul Durand Degranges, Rhapsodie pour un Ange, qui raconte le parcours d’un jeune homme aux charmes véniels, placé dès ses premiers instants sous le signe de la chute et de la faute : Sa mère lui donna naissance (le mit bas semble un terme plus approprié) après avoir vu l’avion de son mari s’écraser dans un bâtiment d’école. Entrée fracassante dans une vie marquée par un sceau fatal.

Lire la suite de la chronique

Rhapsodie-pour-un-ange

Publicités
Tagué , , ,

Une si petite garce chroniqué sur le Béa Blog

Le livre coup de poing de Nath Apolline chroniqué sur Béa Blog.

« Une si petite garce » : la voix de l’enfance maltraitée
C’est l’histoire d’un combat perdu, mené à armes inégales. A l’âge où on se construit, le monde béni de l’enfance, c’est l’histoire d’une destruction totale. Celle de la violence et de la folie d’une mère envers sa fille, dans un quartier chic de la banlieue ouest, dans le calme feutré des gens bien nés…. bien aveugles, et bien sourds.

Lire la suite de la chronique

Une si petite garce

Tagué , , ,

L’enfant trouvé dans un panier dans La Tribune des Commissaires

Article sur L’Enfant trouvé dans un panier paru dans le numéro 215 de décembre 2012 de La Tribune des Commissaires, Le Magazine des Hauts-Fonctionnaires de Police.

A découvrir ici

Ce périodique est fourni à tous les commissaires de police et distribué à tous les parlementaires (Députés et Sénateurs), Hauts fonctionnaires du Ministère de l’intérieur, Présidents des Conseils Régionaux et des Conseils Généraux, ainsi qu’à tous les Hauts Magistrats.

Tagué , , , ,

Jean Eyoum en entretien exclusif sur Africulture

Stéphanie Dongmo nous offre une belle chronique sur Super cagnotte de Jean Eyoum ainsi qu’un entretien avec l’auteur.


Avec son livre Super cagnotte, Jean Eyoum, 21 ans, propose une adaptation libre de L’Avare en parler-jeune. L’intrigue se passe dans une banlieue de Paris, les personnages changent de noms mais gardent leurs caractères. Petite virée sur les sentiers dépoussiérés d’un classique de la littérature française.

Plus que le texte de Super cagnotte, c’est l’audace du projet qui plaît. Un jeune Français originaire du Cameroun décide, un jour qu’il s’ennuie pendant les congés de Noël, de relire L’Avare, l’œuvre de Molière qu’il préfère. Ce faisant, il a une idée de génie : et s’il réécrivait ce classique comme on parle autour de lui, dans sa banlieue de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) ? Il se lance. En une semaine, la première mouture du projet est prête. Il la range dans un tiroir et oublie. Six ans plus tard, il ressort le manuscrit, le retravaille et se lance à la recherche d’un éditeur. Sa rencontre avec Kirographaires donne Super cagnotte. Une œuvre pleinement inspirée de L’Avare de Molière. La lettre change, mais l’esprit demeure.

Découvrez la suite de la chronique en cliquant ici 

 

Âgé de 21 ans, ce jeune homme d‘origine camerounaise publie Super cagnotte, une transposition de L’Avare de Molière. Étudiant en commerce international, il a écrit son livre en « langage de banlieue » mais s’exprime dans un français châtié. Il parle de l’adaptation de son texte au théâtre et de l’hommage qu’il veut rendre à Molière.

D’où vous est venue l’idée d’écrire une œuvre qui serait inspirée de L’Avare de Molière ?
C’est arrivé comme ça en 2005. J’étais au lycée, c’était les vacances de Noël, le temps était mauvais, je ne pouvais pas sortir. J’ai commencé à relireL’Avare que j’aime beaucoup et je me suis dit : tiens, je peux le faire. J’y suis allé d’une traite et en une semaine, j’avais le texte prêt. Je l’ai retravaillé et enrichi après.

La suite de l’interview en cliquant !

Super cagnotte

Tagué , , ,

Cavale Blanche : article dans le Télégramme du 21 octobre

Retrouvez une chronique sur cavale Blanche, le livre de Stéphane Le Carre dans le Télégramme du 21 octobre 2012

 

Tagué , ,

Francis Denis dans la Voix du Nord du 08 août

 

 

 

 

 

 

Francis Denis, dans son atelier longuenessois, un « foutoir artistique »

LONGUENESSE

Il expose jusqu’en septembre une rétrospective de vingt ans de peinture, à la médiathèque d’Arques. Et son premier recueil de nouvelles, « Les Saisons de Mauve ou le chant des cactus », doit paraître à la rentrée. On a profité de l’été pour visiter l’atelier de Francis Denis, perché en haut de sa maison, à Longuenesse. PAR JENNIFER-LAURE DJIAN

saintomer@lavoixdunord.fr

On y accède par un escalier, et en haut, « c’est le foutoir », glisse Francis Denis. Pas bien grand, sous les toits, une fenêtre éclaire le bureau, les toiles s’amoncellent. Avec sa compagne, ils ont choisi la maison, dans le quartier des peintres à Longuenesse, pour cette pièce. « Où on était avant, je peignais dans la cuisine, pour la personne avec qui je vis, c’était embarrassant. » Il lui fallait ce lieu, « un peu coupé du monde. Plus près du seigneur, sourit-il en montrant le ciel, même si je ne suis pas croyant ». Une quinzaine d’années qu’ils y ont emménagé, il n’y a pas touché. Juste ajouté étagères, bureau, des « petites choses toutes bêtes » qu’on lui a offertes, qu’il a trouvées. Une fève sur son clavier, le roi des Schtroumpfs, « c’est peut-être moi  », ça le fait rire. Un cadeau de sa belle-fille, un petit cadre, l’archange tuant le dragon, « j’étais en train de peindre le même thème pour le festival d’art sacré quand elle me l’a donné ».

Il raconte qu’un jour il est tombé sur une photo du peintre Francis Bacon, « c’est une image qui m’a fascinée. Son atelier, c’était une poubelle. C’est comme ça que doit être l’art. C’est le désordre, intérieur, intellectuel, affectif. Ça ne peut pas être quelque chose d’ordonné. Peindre, au départ, c’est une pulsion ». Il l’assouvit en musique, Dominique A dans les enceintes, « il m’inspire, assure Francis Denis. Je l’ai vu en concert deux fois, ce n’est pas simplement un chanteur, c’est un écrivain, un poète. Je me suis retrouvé dans ce qu’il fait, il y a quelque part une similitude ».

Francis Denis écrit, dans cette même pièce. A commencé ado, ailleurs, par la poésie, les nouvelles, créé la revue Lieux d’être, il y a un peu plus de vingt-cinq ans, avec l’Audomarois Régis Louchaert « et puis j’ai fait une coupure ». Avant de s’y remettre. Son premier recueil de nouvelles, Les Saisons de Mauve ou le chant des cactus, aux éditions Kirographaires, doit paraître à la rentrée. Le récit qui donne son titre à l’ouvrage fait le lien entre peinture et écriture. Si les deux cohabitent en Francis Denis, elles ne s’expriment pas de la même manière. Peindre, il le fait par séries, « il faut que je me sente libre, que je puisse gérer le temps comme je veux. L’écriture c’est plus facile. Je la vis, il y a plus de force, d’instantanéité. La peinture, il y a un recul, on part avec l’idée de la toile. Ça n’existe pas dans l’écriture  ».

Sous les toits, Francis Denis imagine un deuxième recueil. Emporte un calepin, le temps de ses vacances, pour y consigner des bribes. Il écrit comme il peint, « pas pour faire beau, pour faire vrai », revendique Francis Denis. Ça ne l’empêche pas de se renouveler. Ses toiles, il s’en sépare avec bonheur, les vend, les donne, les expose. « Si on reste avec tout, c’est sclérosant. Je me suis considéré artiste quand je me suis mis à l’huile. Mais j’ai rarement des coups de coeur. Peut-être un ou deux. » L’un est à la médiathèque, il s’intitule Jeune homme chauve. Ses écrits, il les partage. Quand il redescend de son atelier. Son « foutoir artistique  ». 

 La Voix Du Nord

Le 08/08/2012

 

Tagué , , ,

Cathy Bohrt dans Ouest France et dédicace à Villers sur mer

Cathy Bohrt fait l’objet d’un article dans le Ouest France du 24 juillet pour son livre Entre parenthèses.

Quotidien Ouest France

Ouestfrance.fr

Retrouvez ici des photos de sa séance de dédicace à Villers sur mer le 24 juillet 2012

Dédicace à Villers sur mer

dédicace à Villers sur mer 1

Tagué , , , ,