Très belle chronique d’Histoire sans loups et sans groseilles par les Agents littéraires

Retrouvez cette critique sur http://www.les-agents-litteraires.fr/histoires-sans-loups-et-sans-groseilles-de-elodie-sauvage

« Histoires sans loups et sans groseilles », de Elodie Sauvage

03 mai 2012   AlterVorace

Histoires sans loups et sans groseilles

> Le livre: Histoires Sans Loups et Sans Groseilles, de Elodie Sauvage, éditions kirographaires, 103 pages, 16,45 €.

> Présentation : Pince-moi je rêve… Aujourd’hui Titouan, Marin, Laura, Shiro, Elrohir et même le Prince Saute-au-Pin ont toutes les raisons de se lever avec le sourire ! Derrière les volets, il fait soleil et on dirait bien qu’une sacrée journée les appelle. Pourtant, pas de loups à la descente du lit… ni de groseilles pour faire grincer les dents au petit-déjeuner… C’est certain, si les surprises attendent, elles sont juste derrière la porte ! Alors vous êtes prêts ? En route pour l’aventure ?

[Cette critique a été rédigée par AlterVorace, auteur du blog Culturo-Voraces que nous vous invitons à découvrir.]

 

> C’est donc d’un recueil d’histoires, sept pour être exacte, qu’il s’agit. J’ai commencé à le lire le soir à mes enfants et cette lecture est toujours en cours mais j’avoue que je n’ai pas tenu et qu’il a fallu que je dévore la suite, seule, rien que pour moi.

Le livre d’Elodie Sauvage contient des textes très variés sur le fond. Au fil des pages, nous pouvons croiser une petite Laura fascinée par les vieux objets, un petit garçon qui veut sauver son village de la noirceur d’usines de charbon ou encore un prince amateur de cirque. Si les personnages sont d’une grande diversité, c’est aussi la forme qui m’a enchantée et qui fait l’originalité d’Histoires sans loups et sans groseilles.

La poésie est très présente tout au long du livre, que ce soit dans les choix narratifs –Shiro et le passeurs d’orages particulièrement- ou dans le style. Elodie Sauvage sait jouer avec les mots et les sons. Je dirais que ce livre est avant tout à lire à voix haute tellement les phrases sont musicales. L’humour, très présent, et les jeux de mots ont enchanté ma fille aînée et j’avoue que j’ai moi aussi beaucoup apprécié cet aspect de l’écriture. Les dialogues sont tellement poétiques qu’ils font presque penser à des comptines.

Concernant les thèmes abordés par l’auteur, certains sont récurrents tout au long de l’ouvrage. Ainsi la nature et l’écologie sont centrales dans La mission d’Elrohir et Marin et les touristes. Ces deux histoires sont d’ailleurs un peu support pour aborder pas mal de questions avec de jeunes enfants tels que les ressources naturels, la pollution… Quant aux jeux de mots et à la dimension poétique, ils sont particulièrement présent dans Titouan et le dessous des tartes et Ulrich le pois chiche qui sont très drôles. Si les contes dont je parle au dessus m’ont vraiment amusée, j’ai été émue par le premier de l’ouvrage de madame Sauvage : La maison de Léocadie. L’héroïne est Laura, une petite fille qui trouve mille rêve et plein de poésie dans de vieux objets récupérés pour un vide grenier. Le rapport au bonheur, au rêve, au passé, j’ai trouvé ce texte vraiment beau et poétique.

Comme vous pouvez le constater, dans Histoires sans loups et sans groseilles, nous sommes loin des contes classiques  que l’on peut trouver par centaines sur les rayons jeunesses des bibliothèque. A part peut-être pour Le Prince Saute-au-Pin qui se rapproche plus du schéma habituel mais toujours avec un humour vif et pas mal de jeux de mots. Enfin, je ne pouvais parler de cet ouvrage sans mentionner Shiro et le passeur d’orages, ce conte a reçu un prix en 2007.

Comme vous avez pu le constater, ami lecteur, je n’ai pas été déçue par les textes d’Elodie Sauvage. Et l’ouvrage qui nous intéresse vaut autant par les contes que par les excellentes illustrations de Broll & Prascida. Chacune de ces dernières accompagne très bien l’histoire qui nous est contée. Les dessins fourmillent de détails à découvrir et surtout à commenter avec les enfants. Je ne connais pas grand chose en ce domaine mais j’ai vraiment été sensible au travail de l’artiste.

Pour conclure, je ne dirais qu’une seule chose : j’espère avoir le plaisir, un jour, de lire un second volume de ces Histoires sans loups et sans groseilles. Et pour vous donner un idée de cette poésie amusante qui m’a tant plu dans ce texte, je vous offre – oui je suis généreuse – le début d’Ulrich le pois chiche :

« Aujourd’hui c’est le mariage de Fabrice le narcisse et d’Yzeure pois de senteur. Ulrich est d’ailleurs si content, que ça fait une semaine qu’il crie en bondissant :

« Par les chaussettes de l’archi-courgette, la fête va être super chouette ! »

Par chance, il y avait ce jour-là un grand soleil sur le potager et tous les oiseaux s’étaient mis à chanter ! Pendant la cérémonie toutes les vieilles dames chuchotaient en regardant Yzeure de près,

« Comme elle a changé ! » Disaient-elle…

« Et dire qu’elle était aussi petite qu’une marguerite ! »

Publicités
Tagué , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :